Conférence « Justice digitale : Révolution graphique et rupture anthropologique »

Le Laboratoire de cyberjustice vous convie le 7 mars prochain, à 16 h 30, à la conférence sur l’ouvrage Justice digitale : Révolution graphique et rupture anthropologique des auteurs Antoine Garapon et Jean Lassègue. Reçus au Laboratoire de cyberjustice par le directeur Karim Benyekhlef, les invités présenteront le fruit de leur labeur, et ce dans une formule conversationnelle. Le volume, traitant des enjeux soulevés par la rupture paradigmatique prenant place à l’ère de la justice numérique, sera le point focal de cette discussion.


La prolifération du numérique, au cœur de l’univers juridique, engendre un lot de réactions antipodiques, en créant l’inquiétude chez les uns et l’enthousiasme chez les autres. Remplacement des avocats par des robots, la disparition des notaires, la résolution des conflits en ligne, la justice prédictive, l’état civil tenu par la blockchain, la généralisation des contrats en bitcoins échappant à tout contrôle (et à toute taxation) : la cyberjustice soulève de nombreux questionnements éthiques.

Plutôt que de proposer un bilan de ces innovations, nécessairement prématuré, à travers leur ouvrage et cette conférence, les auteurs tentent de situer l’épicentre anthropologique d’une déflagration provoquée par l’apparition d’une nouvelle écriture, la désignant comme une révolution graphique.

La justice digitale alimente un nouveau mythe, celui d’organiser la coexistence des hommes sans tiers et sans loi par un seul jeu d’écritures, au risque d’oublier que l’homme est un animal politique.


Les auteurs

Antoine Garapon est docteur en droit, juriste, magistrat, journaliste, ainsi que secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice en France. Fasciné par l’évolution du système législatif, l’homme aux multiples chapeaux a signé une trentaine d’ouvrages concernant le droit et la justice. Il est également un collaborateur du Laboratoire de cyberjustice.

Jean Lassègue est philosophe, épistémologue et également chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ses intérêts de recherche gravitent autour de l’avènement de l’informatique et son foisonnement sous un angle anthropologique en tant qu’objet symbolique modélisant les pratiques et les savoirs. Plus récemment, ses réflexions l’ont conduit vers la discipline du droit et de la justice.

Formation d’un dispensateur reconnu aux fins de la formation continue obligatoire du Barreau du Québec pour une durée de 1 heure et 30 minutes. 

Une attestation de participation représentant 1 heure et 30 minutes de formation sera transmise aux notaires.  

Inscription obligatoire (gratuite)

Conférence Justice digitale : révolution graphique et rupture anthropologique
Une seul réponse possible.
Plusieurs réponses possibles.
Aux fins de livraisons des attestions pour les ordres professsionnels, une seule réponse possible.

Ce contenu a été mis à jour le 14 mars 2019 à 9 h 38 min.