Deux peurs qui dictent l’avenir de l’IA

Par Florence So

À l’heure actuelle, il n’existe que deux superpuissances émergentes de l’IA: les États-Unis et la Chine. Comme le souligne Kai-Fu Lee dans son dernier ouvrage, la recette du succès de l’intelligence artificielle repose sur quatre ingrédients: une expertise en intelligence artificielle, le soutien du gouvernement, des données et un écosystème entrepreneurial. Selon lui, les différences culturelles fondamentales entre l’Ouest et l’Est déterminent l’avenir de ces deux superpuissances. À ce titre, la Chine réalisera des progrès significatifs au cours des cinq à dix prochaines années. Je suis d’accord avec lui et j’appuie ses prédictions en ajoutant un élément de peur. En politique, partout dans le monde, la peur est une tactique pour conserver le pouvoir. Mais dans le domaine de l’IA, je parle de différents types de peur. En Occident, la peur est celle d’intrusion dans la vie privée, de préjudice et de perturbation. En Orient, la crainte est de rater les ordres de l’État autoritaire chinois. Les deux craintes contribuent à leur manière au développement des superpuissances de l’IA.

Big Data

Le comportement de la machine est acquis avec un grand volume de données, sans lui l’apprentissage est impossible. Par exemple, nous transmettons à la machine des ensembles de données biologiques ridiculement volumineux afin de trouver des corrélations entre certains séquençages du génome et le cancer du cerveau. Cette approche semble logique. Les personnes à haut risque peuvent demander une aide préventive. Mais c’est aussi problématique. Tout d’abord, à qui appartiennent les données? Qui peut les utiliser et dans quel but? Deuxièmement, que se passe-t-il si les employeurs mettent la main sur ces données et discriminent les personnes présentant un risque élevé? Et si votre potentiel est limité par des machines qui apprennent des algorithmes? Pensez au film « Gattaca » de 1997.

En Occident, la vie privée est garantie par la Constitution. En Amérique comme en Europe, le sentiment général est la peur de perdre la vie privée et la liberté; ou donner trop de contrôle à des sociétés privées géantes telles que Google, Facebook, Apple et Amazon. En réponse, les décideurs politiques débattent de questions telles que la souveraineté des données, la cybersécurité, les biais informatiques, etc.

En Chine, la vie privée est un luxe. Les citoyens jouissent du droit à la vie privée en vertu de leur constitution depuis les années 1980. Mais en réalité, ce qui est écrit dans la Constitution ne s’applique pas nécessairement. Pendant des siècles, le peuple chinois a été soumis au contrôle et à la surveillance de l’État. Ce n’est pas étonnant que les citoyens ne s’inquiètent pas vraiment de la confidentialité des échanges.

En conséquence, la collecte massive de données en ligne et hors ligne (O2O) a commencé depuis longtemps. Personne en Chine ne se plaint de son système de crédit social. En fait, ils y voient un système de réglementation de la confiance. La Chine a une population énorme et les villes sont denses. Le pays est une mine de données sur les habitudes de consommation et de transport. Tandis que les données sont collectées par téléchargement volontaire d’utilisateurs sélectionnés ici, une collecte de données sans obstruction sur la vie de milliards de personnes donne à la Chine un avantage concurrentiel, en quantité et en gravité. Le volume considérable couplé aux données de qualité O2O rend tout type de machine d’apprentissage très facile.

Contrôle de l’État

La politique de peur de Trump en a manipulé beaucoup pour qu’ils adhèrent au protectionnisme. Mais les gens peuvent toujours l’élire s’ils le souhaitent vraiment. En Chine, les citoyens ordinaires sont coincés dans une peur dont ils ne peuvent sortir: la peur de l’État. L’état de droit en Chine n’existe pas, car le système judiciaire est contrôlé par le Parti communiste chinois (PCC). La torture, les aveux forcés, la détention arbitraire et le manque d’accès à un avocat sont des problèmes notoires dans toute la Chine. De ce fait, la plupart des gens n’osent pas exprimer leurs opinions, en particulier celles qui ne s’alignent pas sur le PCC. Personne ne veut le «Great firewall of China», mais rares sont ceux qui parleront du véritable Internet. Cette crainte s’étend aux étudiants et aux expatriés dans des pays étrangers. En dehors de la Chine, ils pensent qu’ils sont toujours surveillés et hésitent à partager leurs véritables opinions politiques.

Outre la parole, les citoyens chinois doivent se conformer aux actions. Lorsque la populiste Xi Jinping, nationaliste et autoritaire douce, a annoncé que la Chine serait le leader mondial de l’IA d’ici 2030, tout le monde a écouté. Cette approche pyramidale oblige chaque entreprise privée à aligner sa mission sur celle du parti. Alors que Google, Facebook, Apple et Amazon sont uniquement motivés par les bénéfices, Alibaba est soutenu par le gouvernement chinois et son contrôle strict. Le propriétaire, Jack Ma, est récemment devenu un membre officiel du PCC.

Dans l’Ouest, les initiatives de villes intelligentes telles que Sidewalk Toronto sont gérées par des sociétés privées comme Alphabet, la société mère de Google. À l’Est, les villes intelligentes sont orchestrées par l’État. La Chine choisit une ville vide et accueille des jeunes entreprises, des investisseurs en capital-risque et des gens intelligents. Ici, les voitures autonomes doivent surmonter le problème du Trolley ainsi que la perfection du niveau 5 avant d’être acceptées en masse. Là-bas, l’État construit des infrastructures adaptées à la technologie. Les voitures autonomes resteront sur leurs propres voies AV. En tout état de cause, Trolley n’est pas un gros problème car la vie d’un être humain a peu de valeur dans le grand schéma du PCC. Le gouvernement chinois a toujours été techno-utilitaire. Par conséquent, en ce qui concerne les nouvelles technologies : « Faisons-le savoir et résolvons les problèmes plus tard. »

De plus, la Chine a toujours fait les choses à sa manière. Ils ont mis en place leur propre GDPR. Les principes de l’IA de Beijing ont été publiés par l’Académie de l’intelligence artificielle de Beijing (BAAI), une organisation soutenue par le ministère chinois de la Science et de la Technologie et le gouvernement municipal de Beijing. Malgré tout, la Chine ne montre aucun signe de réduction de ses systèmes de suivi et de surveillance des citoyens. En fait, la loi exige explicitement que la plupart des services en ligne opérant sur le continent transmettent des informations à la police.

En Amérique, chacun doit se débrouiller seul face aux perturbations du marché du travail. Protester contre le gouvernement, faire la grève, redistribuer les revenus (UBI), peu importe ce qu’il faut. La peur est dans l’air; alors qu’en Chine, l’IA avance à toute vitesse en raison du déclin annuel de la population active. Le secteur manufacturier a simplement besoin d’automatisation pour survivre. Il n’y a aucune préoccupation pour le remplacement des travailleurs. De toute évidence, les ordres du gouvernement ainsi que le climat de travail facilitent la marche vers l’IA.

Adoption rigoureuse

L’Orient et l’Occident ont des attitudes opposées envers les machines et les robots. Aux États-Unis, l’appel du 911 à Alexia était considéré comme une atteinte à la vie privée. En Asie, les hommes épousent des robots. En outre, la fusion en ligne hors connexion (OMO) a été pleinement acceptée en Chine. Votre panier d’achat vous salue, vous rappelle le contenu du réfrigérateur et vous propose de nouveaux produits. Vous prendrez le nécessaire et sortirez avec un sourire (c’est-à-dire payer par reconnaissance faciale). Cela fait longtemps que la Chine accepte d’autres moyens de paiement que l’argent comptant et les cartes de crédit. Chaque transaction se fait par WeChat ou Alipay. Il n’y a pas de montant minimal en dollars, ni de point de vente requis. Même les mendiants ont leurs propres codes QR.

L’adoption par les utilisateurs se heurte à la résistance aux États-Unis, car les concepts d’IoT et d’OMO font peur. L’adoption est une bataille difficile. Le succès n’est pas garanti, mais chaque échec est scruté. Par exemple, les automobilistes sont victimes d’accidents chaque jour, mais un seul accident de voiture provoquera l’engouement en entier de la ville. Les éthiciens soutiennent la législation permettant son adoption. De plus, les experts en IA craignent les abus. La confiance, l’explicabilité algorithmique, la responsabilité de la machine, l’équité sont des préoccupations sérieuses et pour de bonnes raisons, alors que la culture politique chinoise se moquait bien de parvenir à un consensus moral sur toutes les questions éthiques.

Les universitaires spécialisés dans l’IA adhèrent à une culture ouverte et rapide. Par exemple, toute découverte scientifique est instantanément publiée sur arxiv.org. Bien que le milieu de la recherche d’élite réside aux États-Unis et, de plus en plus, au Canada, les répercussions immédiates reposent sur la mise en œuvre de masse, où que ce soit. Alors que la recherche est en avance et que les projets entrepreneuriaux sont guidés par les idéaux du marché libre en Occident, la Chine compte une armée de bons exécutants appuyés par des subventions et des directives du gouvernement. Une avancée de l’IA se produit toutes les quelques décennies, mais les nouvelles applications de la technologie portent leurs fruits tous les jours et n’ont pas de limites géographiques. Encore une fois, cet écosystème permet aux Chinois de progresser rapidement.

Non seulement l’écosystème entrepreneurial en Chine est sain, mais les inventeurs résolvent les problèmes locaux. Avec une population de près de 1,4 milliard d’habitants, les problèmes locaux ne manquent pas. Par exemple, beaucoup de personnes ayant une faible cote de crédit sont rejetées par les prêteurs traditionnels. Ainsi, les microcrédits tels que Smart Finance ont décollé et ont eu un taux de rejet très faible. Il n’y a presque pas de contraintes au déploiement de l’IA en Chine. Les magasins spécialisés dans la vente de produits naturels peuvent se permettre des systèmes de distribution basés sur l’IA. Les applications de type Airbnb peuvent gérer les services de livraison et de nettoyage des aliments au sein de la même plate-forme. Le gouvernement consacre une rue entière aux investisseurs en capital-risque, contrairement aux États-Unis qui ne croient pas en la construction de la Silicon Valley avec des briques.

Comme nous l’avons vu, nos peurs jouent un rôle important puisqu’elles contrôlent nos actions et même l’avenir de l’apprentissage automatique des machines. Aux États-Unis, la recherche sur l’IA est nettement plus avancée, mais son adoption est entravée par le fait que les gens craignent que l’intelligence artificielle n’empiète sur la vie privée, s’empare du marché du travail et nuit à la santé. En Chine, la connaissance de l’intelligence artificielle est largement entamée, mais une adoption massive est inarrêtable, car l’État le dit et personne n’ose le contredire.

C’est là où nous en sommes aux États-Unis et en Chine. Maintenant, quelle est la place du Canada dans le spectre? De quoi avons-nous peur? À quoi ressemble l’avenir de CANADA.ai?

Traduction par Bianca Lalanne Rousselet

Ce contenu a été mis à jour le 7 octobre 2019 à 14 h 31 min.