Résolution en ligne des conflits: quelles perspectives pour les pays émergents?

Le Laboratoire de cyberjustice organise un panel lors du prochain forum mondial des sciences sociales qui se tiendra à Montréal du 13 au 15 octobre 2013.

À l’ombre des tribunaux, gravitent d’autres mécanismes, plus ou moins formels de règlement des conflits, comme la négociation, la médiation ou l’arbitrage. Ces mécanismes ont en commun d’être essentiellement des modes de communication et sont donc en proie à de vifs changements depuis l’avènement des technologies numériques. En migrant vers l’Internet, ces pratiques deviennent théoriquement plus accessibles, puisque moins chères et plus rapides, et finissent par trouver grâce auprès des promoteurs d’une justice plus efficace au service de l’économie et de la paix sociale. Ce faisant, ces formes de communication nouvelles bousculent un écosystème séculaire qui n’avait sans doute pas vécu tel changement depuis l’invention de l’écriture. La numérisation des modes de règlement des conflits annonce ainsi des transformations profondes dans notre relation au litige et dans l’offre de justice. Les pays en développement n’échappent pas à cette évolution. À mesure que se diffusent les technologies numériques dans les pays émergeants, les nouvelles mesures de règlement des conflits misent évidemment à leur tour sur le numérique pour atteindre leurs objectifs et contribuer à leur niveau aux politiques de développement du pays. Sous l’égide du Forum mondial sur le droit, la justice et le développement initié par la Banque Mondiale, une communauté de pratique, pilotée par le Laboratoire de cyberjustice de l’Université de Montréal, rassemblant plusieurs centres d’excellence de pays du sud et du nord, envisage précisément les transformations sociales à l’œuvre dans la résolution des conflits faisant appel aux outils numériques dans les pays émergeants. Si l’objet d’étude de ce groupe d’experts est affecté par le contexte technologique, il en est de même pour les méthodes de travail utilisées. Ainsi, toute la production intellectuelle ou technologique de ce projet est partagée en ligne depuis une plateforme Web, gage d’une efficace collaboration scientifique internationale.

Ce contenu a été mis à jour le 29 avril 2015 à 0 h 59 min.