Partenaires

 

42 partenaires internationaux

Ministère de la Justice du Québec
Office de la protection du consommateur
Tribunal administratif du Québec
CAO (Condominium Authority of Ontario)
Ministère de la justice du Canada
Conseil de la magistrature du Québec
Service administratif des tribunaux judiciaires
Civil Resolution Tribunal
SOQUIJ (Société québécoise d’information juridique)
Cour du Québec
éducaloi
Forum canadien sur la justice civile
Option consommateurs
PLEAC (Association Canadienne des organismes d’éducation et d’information juridiques)
CLEO (éducation juridique communautaire Ontario)
Institut des hautes études sur la Justice
Droit des affaires
BCF avocats d’affaires
Barreau du québec
Microsoft
MITRE
Notarius
Thomson Reuters
Savoir-faire Linux
Lexum
Irosoft
CanLII (Canadian Legal Information Institute)
Université de Montréal
McGill
University of Ottawa
Laboratoire de cyberjustice
ADAJ
CRDP (Centre de recherche en droit public)
IVADO (Institut de valorisation des données)
Winkler Institute for dispute resolution
Chaire Lexum en information juridique
Centre de recherche en droit, technologie et société
Center for Legal and Court Technology
Serene.risc (Smart cybersecurity network)
William and Mary Law School
Centre Perelman de philosophie du droit
Western University Canada

Partenaires issus du secteur institutionnel

Pour les partenaires institutionnels (tribunaux, ministères de la justice, etc.), les principaux bénéfices découlant du projet se résument à une meilleure compréhension des enjeux liés à l’intégration de l’IA dans le système de justice. AJC leur donnera ainsi les outils nécessaires afin de faire des choix technologiques éclairés et conformes tant aux lois qu’aux expectatives des diverses parties prenantes, le tout dans le respect des principes de justice.

 

 

 

 

 

 

 


Partenaires issus du milieu de l’action sociale et communautaire

L’objectif ultime du projet étant d’améliorer la prévention et la résolution des conflits dans nos sociétés, les retombées pour les partenaires issus du milieu de l’action sociale et communautaire semblent évidentes. Ils pourront en effet compter sur de nouveaux outils et de nouvelles connaissances pour aider les justiciables, en plus d’assister les autres partenaires à rendre l’appareil judiciaire plus accessible grâce aux travaux effectués, répondant ainsi à leur mission première d’aide à la communauté.

 

 

 

 

 


Partenaires issus du monde professionnel

Pour les avocats et notaires, le projet offre une occasion inédite de moderniser et d’actualiser « l’industrie » du service juridique. Par exemple, en explorant comment certains outils peuvent transformer le métier d’avocat (C2, C4), AJC fournira les données nécessaires au développement d’applications logicielles pouvant optimiser et diversifier le travail des avocats et notaires. Les partenaires issus du milieu professionnel participant au projet reconnaissent d’ailleurs que leur participation à AJC leur donnera un avantage concurrentiel indéniable.

 

 

 

 


Partenaires issus de  l’industrie

Pour les entreprises qui développent des solutions technologiques pour le milieu judiciaire, le projet donne un accès incomparable aux acteurs, à l’expertise et aux données nécessaires afin de développer des outils efficaces, adaptées au contexte particulier du milieu de la justice et répondant aux besoins des parties prenantes.

 

 

 

 

 


Partenaires issus du milieu universitaire

Pour ce qui est des universités, facultés de droit et centres de recherche reliés à l’intelligence artificielle et à la cyberjustice, les bénéfices tirés découlent d’un accès sans précédent à des données de pointe dans le domaine de la justice et de l’intelligence artificielle, ainsi qu’un accès à de multiples acteurs qui peuvent influer l’évolution, la dissémination et la mise en œuvre des résultats de leurs travaux de recherche.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été mis à jour le 22 août 2018 à 12 h 40 min.